Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

194 - Les Trophées de CAP-EXPORT

30 Juillet 2006, 22:01pm

Publié par GERARD

Toujours rien pour encourager les Français meilleurs importateurs à l'étranger

C'était le 20 juin dernier. Madame Lagarde, ministre délégué au Commerce extérieur remettait 9 Trophées aux PME françaises, meilleures exportatrices en 2005.

Les neuf prix sont les suivants :

1) le prix du meilleur exportateur de l'année (remis à "Colloides naturels international" - alimentaire) ;

2) à 6) les prix des meilleurs exportateurs vers les pays-cibles du programme CAP-EXPORT créé il y a 9 mois par le gouvernement : Russie (remis aux "Etablissements Zilli" - textile), Japon (remis à "Lejay Lagoute" - spiritueux), Etats-Unis (remis à "Armor inox" - machines industrielles), Chine ((remis à "Perolo" - robinetterie) et Inde (remis à "Air Marrel" - équipements de manutention) ;

7) le prix de la meilleure action collective labellisée par UBIFRANCE (remis à la Fédérations des industries nautiques) ;

8) le prix de la meilleure performance en matière de "VIE" (Volontaires Internationaux Entreprise) (remis à "Caudalie" - cosmétiques) ;

9) le prix de la meilleure action de parainage (remis à "Total" pour le parrainage de la société Excel (canards et foies gras en Russie) et l'hébergement de VIE en Italie.

Je me réjouis évidemment pour les heureux élus.

Cependant,

sachant que seulement 50.000 PME françaises exportent régulièrement,

n'oubliant pas que sur les 100.000 à 275.000 "entreprises à capitaux français" à l'étranger, environ la moitié importent des produits ou services français soit de 50.000 à 137.500 "importateurs" générant des "exportations françaises",

je suggère à madame la ministre de bien vouloir créer quelques autres prix du même type que ces Trophées pour honorer chaque année les Françaises et les Français à l'étranger qui réalisent des exploits en matière d'importation de produits et de services français.

Et je reviendrai dans les jours à venir sur le programme CAP-EXPORT pour rappeler encore et encore que, de France, des compatriotes exportent, mais que de l'étranger, d'autres compatriotes importent les mêmes biens et services et qu'il serait heureux de "mobiliser" ce vaste réseau !

Bien à vous.

 

Voir les commentaires

193 - Le CIMEE, qu'est-ce ?

29 Juillet 2006, 22:01pm

Publié par GERARD

En quoi, le CIMEE peut-il intéresser les créatrices et créateurs à l'étranger ?

La réponse n'est pas évidente. De quoi s'agit-il tout d'abord ? Du Comité intermistériel des moyens de l'Etat à l'étranger.

Que fait-il ? Pendant de nombreuses années, rien. Depuis 10 ans exactement. Avant, pas grand chose. Je me souviens lors de mon mandat au Conseil supérieur des Français de l'étranger (CSFE, aujourd'hui Assemblée des Français de l'Etranger, AFE), avoir plusieurs fois demandé de ses nouvelles sans pour autant avoir obtenu de réponse...

Il est censé "évaluer l'adéquation des moyens de l'Etat à l'étranger aux priorités de l'action extérieure".

Le Premier ministre vient de le réunir et en rend compte ainsi sur son site :

"Le Premier ministre a présidé le Comité interministériel des moyens de l’Etat à l’étranger (CIMEE)

Le Premier ministre, Dominique de VILLEPIN, a présidé ce matin le Comité interministériel des moyens de l’Etat à l’étranger (CIMEE).

La réactivation de ce comité, qui ne s’est plus réuni depuis novembre 1996, marque la détermination du gouvernement à poursuivre, à l’étranger comme en France la Réforme de l’Etat, conformément aux orientations fixées par le Président de la République.

En effet, plus de 26 000 agents, pour les deux tiers installés à l’étranger, participent à la défense des intérêts de la France et à la protection des Français qui résident ou voyagent à l’étranger. Les crédits d’action extérieure s’élèvent à près de 9 milliards d’euros. Ce réseau constitue un atout important pour le rayonnement de notre pays et le développement de nos entreprises dans le monde.

Des mesures concrètes ont été prises pour mieux coordonner nos moyens à l’étranger et être plus efficace. Il s’agira d’abord de regrouper les implantations immobilières, pour améliorer la sécurité, accroître l’efficacité des services et dégager des économies. Des expériences seront lancées à Madrid, dès cette année, et à Tokyo, Berne et Jakarta, en 2007. La gestion administrative et financière des différentes administrations sera progressivement confiée à un service unique. Ce sera le cas dans 10 pays dès la fin de cette année et dans 58 pays au total fin 2007. Une réflexion sera également engagée sur la coordination de l’action extérieure des collectivités territoriales qui prend une importance croissante.

Nouveaux enjeux, nouveaux territoires : L’Administration française se redéploie en priorité sur les pays émergents, la Chine et l’Inde en particulier. Des orientations précises ont été fixées à toutes les administrations présentes à l’étranger. En particulier, le ministère des Affaires étrangères redéploiera 500 emplois (soit 4 % de ses effectifs en poste à l’étranger) dès cette année, et 1500 emplois au total d’ici 2008. L’effort de redéploiement du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie portera sur 140 postes par an (soit près de 7 % de ses effectifs en poste à l’étranger) jusqu’en 2008.

Etaient présents : Philippe DOUSTE-BLAZY, ministre des Affaires étrangères, Pascal CLEMENT, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Brigitte GIRARDIN, ministre déléguée à la Coopération, au développement et à la Francophonie, Brice HORTEFEUX, ministre délégué aux Collectivités territoriales, Catherine COLONNA, ministre déléguée aux Affaires européennes, Christine LAGARDE, ministre déléguée au Commerce extérieur."

J'avoue ma grande déception devant les conclusions de cette réunion : nos opérateurs économiques à l'étranger ne font pas l'objet de la moindre évocation ; les priorités de l'action extérieure ne sont pas rappelées ; les moyens de cette action semblent n'être que les agents de l'Etat à l'étranger et ceux qui les gèrent en France...

Quel dommage de ne pas compter le réseau des créateurs d'entreprises à leur propre compte comme l'un des importants réseaux et moyens de l'Etat à l'étranger !

Bien sûr, ils sont autonomes, mais oublier leur vif intérêt pour la défense des intérêts français à l'étranger, c'est se couper de quelques centaines de milliers de compatriotes qui, pour beaucoup d'entre-eux sinon la grande majorité, sont prêts à supporter de nouvelles politiques efficaces pour peu qu'ils soient de temps en temps consultés...

Bien à vous.

Voir les commentaires

192 - Créer à l'Ile Maurice

28 Juillet 2006, 22:01pm

Publié par GERARD

Du nouveau à l'Ile Maurice

La concurrence asiatique a remis en cause le bon développement - notamment dans le textile - de l'Ile Maurice.

Son gouvernement réagit en soumettant à son Parlement une loi devant favoriser les implantations et investissements étrangers.

Le site "Servihoo" présente ce projet de loi à cette adresse :

http://www.servihoo.com/Aujourdhui/kinews/v3news_details.php?id=130302&CategoryID=18

Il est commenté ainsi :

Le “Business Facilitation Bill” aplanit les difficultés à l’investissement
[27 Jul 2006]

Catalyser l’investissement étranger en offrant des procédures administratives simplifiées pour lancer un business en trois jours… C’est ce que promet le discours budgétaire 2006-2007. Le Business Facilitation (Miscellaneous Provisions) Bill qui sera débattu au Parlement, ce vendredi devrait transcrire les choses dans le concret. Pour ce faire, des amendements à 12 lois sont prévus.

Pour venir s’installer à Maurice, le businessman aura le Board of Investment (BOI) pour seule interface. Cet organisme aura désormais la tâche de traiter avec les autorités pour l’octroi de tous les permis nécessaires pour qu’il puisse s’installer à Maurice. Qui plus est, le BOI sera tenu de lui accorder l’aide requise pour les permis et autorisations afin de démarrer son entreprise et, en même temps, acquérir des biens immobiliers. En bref, le BOI voit réviser ses attributions avec des prérogatives élargies.

D’abord, le texte de loi, qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain, établit les critères pour qu’un étranger se fasse enregistrer auprès du BOI et bénéficie de tous ces services. L’investisseur devra prouver que ses affaires génèrent un chiffre d’affaires supérieur à Rs 3 millions. Celui qui travaille à son propre compte devra toucher plus de Rs 600 000 par an. Le professionnel devra percevoir des salaires dépassant les Rs 30 000 par mois. Et le retraité voulant s’installer au pays devra apporter la preuve qu’il transférera annuellement l’équivalent à de Rs 1,2 million sous forme de devises étrangères à Maurice. En ce faisant, le certificat d’investissement cède la place à un certificat d’enregistrement.

La première étape est le feu vert des services d’immigration. Pour l’occupation permit, l’officier disposera de deux jours de travail (two working days) pour déterminer si la demande sera agréée ou pas. Dans le cas d’un investisseur ou d’une personne établie à son propre compte, le permis sera d’un minimum de trois ans. Dans le cas du professionnel, ce sera pour la même durée ou d’une durée moindre, selon le contrat de travail établi. Au cas où la requête serait rejetée, l’officier devrait informer tant le demandeur que le BOI, et rembourser tous les frais encourus par le premier nommé. Si l’étranger n’obtient pas de réponse en deux jours, il est convenu que sa demande a été approuvée.

Subséquemment, ces personnes, ainsi que leurs conjoints et enfants seront en mesure de postuler pour un statut de résident permanent après la période de trois ans. Cependant, l’investisseur ou celui qui est installé à son propre compte est appelé à satisfaire ces critères financiers. Dans le premier cas, son chiffre d’affaires annuel devra être supérieur à Rs 15 millions. Et pour le self-employed, le seuil est de Rs 3 millions. En ce qui concerne le retraité, il aura à prouver qu’il a transféré les trois années précédentes le minimum de Rs 1,2 million sous forme de devises étrangères.


Constructions

Le texte de loi prévoit également un traitement accéléré des demandes de permis de construction et d’utilisation de terres à des fins commerciales. En général, la période de traitement de dossier accordée aux administrations régionales sera de deux semaines. Au cas où le demandeur tomberait dans la catégorie de petites et moyennes entreprises, sa requête devra être finalisée en l’espace de trois jours de travail. Ce n’est qu’après le démarrage de son business que l’entrepreneur sera appelé par les autorités à satisfaire aux exigences des services des pompes, du bureau sanitaire ou du ministère de l’environnement.

Jusqu’ici, les investisseurs étrangers n’avaient pas le droit d’acquérir des biens immobiliers à Maurice, si ce n’est que dans des projets IRS. Le Business Facilitation Bill corrige cette anomalie. Ils pourront désormais acheter toute villa de luxe, appartement ou penthouse pour y habiter. Ils auront également la possibilité d’acquérir des bâtiments pour mener à bien leur business, en produisant un certificat émanant du BOI. Ces facilités légales seront étendues à tout investisseur ou professionnel ayant obtenu un permis de résidence permanente à Maurice.

Kamlesh BHUCKORY

Mais le site compte de nombreuses autres informations sur Maurice.

Bonne visite.

Voir les commentaires

191 - Energies

27 Juillet 2006, 22:26pm

Publié par GERARD

Vous avez créé ou pensez créer dans le secteur de l'énergie...

Très rapidement pour aujourd'hui, je vous suggère de visiter ce site spécialisé dans les nouvelles relatives aux énergies : pétrole, électricité, gaz, solaire, biocarburants, éolien, nucléaire, bois, vagues, géothermie.

Il se nomme "Enerzine.com" et vous le trouverez ici :

http://www.enerzine.com/

Je vous en souhaite très bonne lecture.

Amicalement à vous.

Voir les commentaires

190 - Rencontres à l'étranger

26 Juillet 2006, 22:02pm

Publié par GERARD

Un site de rencontres... mais pas celles que vous croyez !

Il s'appelle "Hospitalityclub" et se propose de faciliter les rencontres entre nationaux ou résidents et étrangers ou nouveaux arrivants.  

Il se définit comme suit :

"Envie de rencontrer des gens d’ailleurs? Envie de voyager? Envie d’aider les autres? Alors ce site est pour vous!

Qu’est-ce que Hospitality Club?

Notre but est de faire en sorte que les gens se rencontrent (visiteurs et hôtes, voyageurs et habitants). Des milliers de membres de « Hospitality Club » sur terre s’entraident lorsqu’ils voyagent, (par exemple pour se loger une nuit ou se faire accompagner pour visiter la ville). L’adhésion est gratuite, prend seulement quelques minutes et tout le monde est bienvenu. Les membres peuvent ensuite visualiser les profils des autres, s’envoyer des messages et inscrire des commentaires sur les expériences de voyage sur ce site.

Le Club est animé par des volontaires qui défendent l’idée suivante : si les voyageurs entrent en contact avec les habitants des régions qu’ils visitent et si les résidents ont la possibilité d’aller à la rencontre d’autres cultures, la compréhension mutuelle est meilleure et la paix sur la planète peut-être renforcée.

Montez à bord - rejoignez le plus grand réseau mondial d'échange d'hospitalité ! Vous rencontrerez un tas de gens sympas et trouverez un hébergement gratuit pour vos voyages au quatre coins du monde. Il n'y a ni obligations ni restrictions (vous n'avez pas à héberger quelqu'un chez vous si vous ne le souhaitez pas !), l'adhésion est gratuite et nous serions heureux de vous voir dans notre réseau !"

Les traductions en français ne sont pas terribles mais là n'est pas l'essentiel. Ce site, que vous trouverez ici :

http://francais.hospitalityclub.org/indexfra.htm

permet des rencontres et des échanges culturels et ceci est une très bonne chose.

Pour accéder à tous les éléments, il faut et il suffit de s'inscrire.

Si vous avez déjà testé le bon fonctionnement de ce club, merci de m'adresser un petit mot et vos commentaires.

Bien à vous.

 

Voir les commentaires

189 - Choisir un pays pour un stage à l'étranger

24 Juillet 2006, 22:14pm

Publié par GERARD

Les statistiques 2003/2004 relatives aux stages en entreprise à l'étranger

Elles peuvent donner des idées...

Elles sont disponibles à l'adresse suivante :

http://www.cge.asso.fr/nouveau/cge/2-4.phtml

Vous y trouverez les états suivants :

- ventilation des 14.805 étudiants en stage en entreprise à l'étranger par type d'écoles et/ou de niveau et par durée de stage ;

- ventilation par domaines, continents et sous-régions ;

- idem pour les 9.629 étudiants en entreprise à l'étranger, provenant d'écoles hors Education nationale ;

- ventilation par pays par type d'écoles et/ou de niveau pour les stages inférieurs ou égaux à un mois, de 1 à 3 mois, de 3 à 6 mois, de 6 à 12 mois et au-delà de 12 mois.

Visitez, découvrez... vous allez avoir des surprises (par exemple l'attrait fort justifié mais a priori incroyable du Cap-Vert !)

A demain.

Voir les commentaires

188 - Jeune ? Cherchant un emploi à l'étranger ?

23 Juillet 2006, 23:03pm

Publié par GERARD

C'est comme cela que l'on peut devenir créatrice ou créateur à l'étranger...

L'Université de Nancy vous donne ses conseils à cette adresse :

http://www.cyberfac-emploi.univ-nancy2.fr/PartirEtranger/EtTravEntreprise.html

Outre des conseils généraux, cinq pages spéciales sont consacrées à l'Allemagne, à l'Espagne, à la Grande-Bretagne, à l'Italie et au Portugal. Une page Canada est en préparation.

A vos marques...

Voir les commentaires

187 - Trophées allez de l'avant !

20 Juillet 2006, 22:12pm

Publié par GERARD

Les assurances encouragent les idées  de création innovantes...

Cela se passe ici :

http://www.allezdelavant.fr/home.html

C'est Carole qui a relevé l'info et me l'a communiquée à propos de l'article d'hier. Je la remercie vivement et vous encourage à consulter le site et à écouter les émissions qui y sont consacrées par France 2.

Ce concours peut effectivement intéresser étudiants et créateurs, y compris à l'étranger.

D'ores et déjà, une cinquantaine de lauréats ont fait l'objet de récompenses et de l'émission de France 2.

Bonne visite...

Voir les commentaires

186 - Des étudiants à votre service...

19 Juillet 2006, 22:01pm

Publié par GERARD

Ils s'intéressent à la T.P.E. à l'étranger...

Chers amis lecteurs,

Qui sont-ils ? Ce sont des étudiants en comptabilité-finance pour leur master première année à l'Université de Bretagne Sud (Vannes).

Ils recherchent soit une entreprise française souhaitant s'implanter à l'étranger, soit une entreprise à capitaux français déjà implantée à l'étranger et qui accepterait de leur confier des travaux - utiles pour elle - et leur permettant de "s'ouvrir à l'extérieur".

Ils se présentent ainsi :

"Bonjour,

 

... nous devons réaliser un projet qui soit en relation avec le monde professionnel dans le but de nous amener à nous ouvrir à l’extérieur.

            Ce projet sera réalisé sur quelques mois de l’année universitaire (de préférence à partir de janvier étant à l’étranger avant), et soutenu au mois de juin.

 

            Nous souhaitons orienter ce projet vers l’international car nous effectuons un séjour Erasmus au premier semestre, ce qui nous sensibilise à l’étranger.

 

Ils nous semblent donc intéressant de découvrir et d’étudier l’implantation d’une T.P.E. ou d’une P.M.E. française à l’étranger.

 

            Ce projet peut porter sur des travaux très divers. Dans notre cas, nous aimerions aider une entreprise dans ses démarches pour s’implanter à l’étranger (étude de marché, diagnostic, dossier de financement, …). Il peut également porter sur une réflexion sur les statuts juridiques, réalisation de tableaux de bords, analyse de résultats…

 

            Nous sommes ouverts à toutes autres propositions de travaux. Ce projet peut concerné tous les secteurs...

                      

            ... Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter Orianne David au : 06-83-79-62-34 ou par e-mail : oriannedavid@voila.fr

 

            Nous vous remercions de l’intérêt que vous pourrez avoir pour notre projet

 

            Veuillez agréer nos salutations distinguées.

 

Orianne David

Raphael Sitter"

Si vous avez la possibilité d'appuyer ces jeunes compatriotes, merci de les contacter directement ou par mon intermédiaire.

Bien à vous.

Voir les commentaires

185 - Créer à Dà Nang au Viêt-Nam

18 Juillet 2006, 22:50pm

Publié par GERARD

Aujourd'hui, c'est l'ancienne ville de Touranne, devenue Dà Nang, qui vante ses mérites...

Le Courrier du Vietnam en parle ainsi à cette page :

http://lecourrier.vnagency.com.vn/default.asp?CATEGORY_ID=16&NEWSPAPER_ID=38&TOPIC_ID=51&REPLY_ID=35809

Dà Nang renforce son attrait pour les projets étrangers


La ville centrale de Dà Nang, située à l'extrémité du Couloir économique Est-Ouest, relie le port du même nom à Savannakhet (Laos), Mucdahan (Thaïlande) et Mawlamyine (Myanmar). Un des facteurs pour séduire les investisseurs étrangers.

Dotée d'une superficie de 1.256 km² et d'une population de plus de 757.000 habitants, Dà Nang constitue actuellement une des 5 grandes villes du pays et l'unique ville de 1re classe au Centre.
Le port de Dà Nang, un des 3 plus grands du pays, est en mesure de manutentionner annuellement 4 millions de tonnes de marchandises, et son aéroport international, actuellement en cours d'agrandissement, pourra accueillir jusqu'à 5 millions de passagers par an. Désormais, cette ville ouvre des vols directs à destination de Bangkok, Hong Kong, Taipei et Singapour. Dans l'avenir, les lignes aériennes vers la République de Corée et le Japon devraient être inaugurées.
La main d'œuvre y est particulièrement abondante puisqu'elle représente 58% de la population municipale. Dà Nang constitue un grand centre de formation avec 6 écoles supérieures, 12 écoles d'enseignement secondaire spécialisé et 50 centres de formation professionnelle. Avec sa position géographique clé et ses potentialités de développement socio-économiques, Dà Nang est considérée par le gouvernement comme une ville "noyau"de la Région économique de pointe du Centre, ainsi qu'un de ses centres socio-économique, scientifique et technique.
Les autorités locales cherchent toujours à conserver à leur ville son rôle de "locomotive" régionale. L'attrait de l'investissement direct étranger (IDE) constitue un secteur prioritaire. Ces dernières années, cette ville a mis en œuvre de nombreuses mesures pour les investisseurs étrangers. Tout d'abord, elle accentue la simplification des formalités administratives et la mise en œuvre de la politique du "guichet" unique favorisant les implantations d'investisseurs. Ensuite, l'aménagement foncier et la construction des infrastructures satisfont aux normes des plates-formes de production des investisseurs. Dà Nang comprend 5 zones industrielles : Dà Nang, Hoà Khanh, Liên Chiêu, Hoà Câm et la région des services de pêche Dà Nang. En outre, elle renforce également le contrôle et la réglementation des politiques prioritaires destinées à ces mêmes investisseurs, lesquelles ont pour finalité de minimiser le temps consacré et les frais de ces derniers. En dernier lieu, la ville met l'accent sur la présentation de ses potentialités et opportunités d'investissement, en soulignant par ailleurs la formation de ressources humaines qualifiées, qui constitue également un secteur de pointe pour satisfaire les besoins des entreprises étrangères. À ce titre, et afin de mieux intéresser les investisseurs japonais, en novembre 2004, Dà Nang a ouvert un bureau de représentation à Tokyo.
Grâce à ses efforts, la ville a donc connu ces derniers temps des résultats dans l'attrait des IDE. Depuis 2001, les investisseurs étrangers, qui manifestent davantage d'intérêt pour cette ville centrale, multiplient de plus en plus le nombre de projets. Les États-Unis, le Japon et la République de Corée sont les
3 investisseurs des plus potentiels. Actuellement, Dà Nang totalise 83 projets d'IDE, pour plus de 547 millions de dollars, concentrés dans les secteurs de l'industrie, du tourisme et des services. Ceux-ci contribuent activement au développement socio-économique, au renouvellement de la technologie et à la création d'emplois.

Développement touristique
La nature a offert à la ville de Dà Nang une longue et belle plage, des montagnes grandioses. Située au centre d'un triangle de patrimoines culturels mondiaux que sont les anciennes tours Cham de My Son, l'antique cité de Hôi An et l'ancienne capitale impériale de Huê, la revue américaine Forbes vient de la classer en tant qu'une des 6 plus belles plages de la planète. Pourtant, il faut se rendre à l'évidence : les touristes sont bien peu nombreux à Dà Nang.
Pour que le tourisme puisse devenir un secteur économique de pointe, Dà Nang met en œuvre plusieurs mesures. Une stratégie de développement touristique de Dà Nang à l'aube de 2010 devrait être élaborée. Selon celle-ci, la ville prévoit d'accueillir, dans 4 ans, 2 millions de touristes dont 800.000 étrangers. Afin d'attirer les voyageurs, elle met l'accent sur la construction de centres touristiques maritimes et de villégiatures haut de gamme, ainsi que sur l'exploitation systématique de ses points forts.
Le secteur du tourisme devrait mieux faire appel aux investisseurs dans la construction de zones de loisir haut de gamme destinées aux visiteurs étrangers aisés. La ville se concentre sur les activités de sculpture sur pierre - un trait typique de Dà Nang - en développant le commerce d'œuvres en pierre. De nombreux nouveaux programmes devraient être lancés, tels les danses nocturnes Cham au musée Cham, des excursions en bateau sur la rivière Hàn, etc.
Le renforcement de l'image et des potentiels touristiques de Dà Nang à l'étranger, surtout dans les marchés prometteurs (Japon, Taïwan, Singapour, États-Unis, Europe) joue un rôle important. S'y ajoute également la participation aux foires touristiques internationales, la construction d'un port pour accueillir les croisiéristes et l'exploitation des circuits routiers via le couloir économique Est-Ouest.
Le secteur du tourisme de Dà Nang emploie environ 4.000 personnes. Dans 4 ans, cette ville prévoit de bâtir environ 4.000 chambres d'hôtel et de former environ 7.000 travailleurs supplémentaires. Afin de perfectionner les compétences de ces employés, l'école de tourisme de Dà Nang devrait prochainement voir le jour.
Dans un proche avenir, avec l'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce et l'achèvement du projet de couloir économique Est-Ouest, Dà Nang aura non seulement le rôle d'important port de transit de marchandises, mais aussi celui d'un centre économique, financier et bancaire de la région, en particulier et, plus généralement, du pays tout entier.

Les zones industrielles de Dà Nang :
- Dà Nang (près de 50 ha) met l'accent sur l'attrait des projets dans les secteurs du textile et de l'habillement, du cuir et de la chaussure, des produits électroniques, du traitement des produits alimentaires, etc. ;
- Hoà Khanh (662 ha) privilégie les domaines de la mécanique, des produits chimiques, de la pétrochimie, de la production d'emballage, du papier et des matériaux de construction ;
- Liên Chiêu (373,5 ha) attire l'industrie lourde, la production de matériaux de construction, la construction d'entrepôts de transit en douane ;
- Hoà Câm (173 ha) accueille les secteurs du high-tech, du traitement des produits agricoles, de la production d'articles en plastique, des produits de beauté ;
- La zone des services de pêche (77,3 ha) concerne les projets de traitement des produits aquatiques et des services de logistique de la pêche.

Dang Long Hoàng/CVN
( 16/07/06 )

J'ai le grand plaisir de connaître cette capitale régionale. Mon arrière-grand-père, mobilisé, y a fait escale pendant la "guerre du Tonkin". J'y suis allé plusieurs fois au cours des quelques très heureuses années que j'ai passé dans ce pays.

Les promesses faites dans cet article sont fondées. Da Nang dispose en effet de nombreux travailleurs et cadres qualifiés. La région est magnifique, en bord de mer, à quelques kilomètres du très connu "Col des nuages". Produire dans ce port permet certainement d'exporter vers plusieurs pays voisins, soit par route, soit par mer, ou encore par avion.

Quelques compatriotes seront-ils tentés ? Il y a à faire dans une région qui s'internationalise.

Amitié. 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>