Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

540 - Créatrices, créateurs à l'étranger, et si tous les pays faisaient de même ?

19 Juillet 2007, 22:00pm

Publié par gerardja

Des collectifs "d'amoureux au ban public" se créent en France... 

Un site en parle comme suit :

"Le droit des couples mixtes (français/étranger) au respect de leur vie familiale se réduit comme une peau de chagrin.

Au nom de la lutte contre les mariages blancs et du contrôle de l'immigration familiale, reléguée au rang peu enviable d'« immigration subie », le durcissement continu des lois et des pratiques administrative produit des situations inadmissibles : multiplication des procèdures d'opposition à mariage, difficultés pour obtenir la transcription des unions célébrées à l'étranger, multiplication des refus de visa ou de titre de séjour, éloignement des conjoints de français en situation irrégulière, enquêtes de police sur la commuanuté de vie ne respectant pas les règles élémentaires de déontologie, d'objectivité et de respect des personnes auditionnées, non reconnaissance du droit au séjour des couples mixtes vivants hors mariage...

Victimes de cette politique restrictive et discriminatoire, des couples mixtes de toute la France se constituent en collectif pour assurer la défense de leurs droits."

Par l'étude de 2004 du Conseil économique et social sur nos créatrices et créateurs à l'étranger (premier de mes liens en haut à droite sur cette page), on sait que 52 % de celles et ceux-ci ont un conjoint de leur pays d'accueil. L'étude en question nous dit ceci : 

"Nos compatriotes ont moins souvent la citoyenneté de leur pays d’accueil que leur conjoint ou leurs enfants.

Ils sont cependant 6 % à jouir également de la nationalité de leur pays d’accueil, avec 0 % en Afrique, mais 10 % en Amérique et plus de 12 % pour ceux qui résident "hors capitale". Deux fois plus de femmes (10 %) que d'hommes (5 %) sont dans ce cas.

Ce taux passe à 52 % pour les conjoints ! Et même 81 % pour l'Europe, mais seulement 18 % pour l'Afrique.

Avec 51 %, il est sensiblement équivalent pour les enfants des répondants. Il grimpe à 75 % pour l'Amérique et pour l'Europe, mais tombe à 9 % pour l'Afrique. Les différences tiennent pour partie au code de la nationalité des pays d'accueil."

C'est dire combien nos futurs créateurs auraient des soucis si les pays d'accueil envisageaient les mêmes politiques restrictives qu'en France !

Le site qui parle de ces "amoureux au ban public" est celui-ci :
http://placeauxdroits.net/amoureux/index.php?option=com_frontpage&Itemid=1

Espérons que ces pays hôtes ne s'inspireront pas de ces nouveaux durcissements ! 

Bien à vous.

Commenter cet article