Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

572 - Investissements français à l'étranger : difficile de s'y retrouver

27 Août 2007, 22:00pm

Publié par gerardja

Des statistiques qui ne permettent plus d'avoir des chiffres "nationaux"...

On savait l'importance des Fonds de pension - notamment américains - dans le capital de nombreuses entreprises nationales. A tel point qu'il devient difficile de préciser la nationalité exactes de beaucoup d'entre-elles.

Nous savions également l'impossibilité, faute d'un cadre statistique approprié, de mesurer l'importance annuelle des investissements de sources françaises dans ce que j'ai appelé les "entreprises à capitaux français" (hors groupes) à l'étranger.

Notre balance commerciale les ignorent dès lors que les capitaux ne viennent pas directement de France.

Ce que l'on apprend aujourd'hui, c'est que, en raison des règles comptables actuelles, il n'est plus possible de connaître précisément le montant total des investissements des groupes "français" à l'étranger. "Les échos" nous confirment, ici :

http://www.lesechos.fr/info/france/4610890.htm

qu'il n'y a pas de  consolidation au niveau mondial. Ainsi, par exemple, les investissements des filiales françaises aux USA réalisés au Canada, ne sont pas inclus dans les investissements totaux de leurs maisons mères en France.

Les investissements français à l'étranger auraient sur les douze derniers mois atteints le chiffre record de 128,8 milliards d'euros. Ils ne comprennent cependant pas - et ceci n'est qu'un exemple -, les 86 millions d'euros investis par le groupe Suez au Canada en rachetant Ventus Energy : l'opération a été réalisée par une de ses filiales américaines.

A noter : la majorité de ces 128,8 milliards continue à aller vers nos partenaires économiques traditionnels (USA + GB + Suisse + Belgique + Pays-Bas + Allemagne) et non vers les Etats de la "nouvelle" économie mondiale, en Asie notamment.

Ces investissements ne sont pas nuls pour autant, mais étant souvent réalisés à partir de filiales déjà implantées en Asie... 

Dans ces conditions, difficile de s'y retrouver et d'indiquer à nos créatrices et créateurs à leur propre compte à l'étranger les pays dans lesquels les investissements de nos groupes français peuvent être un support au développement de leurs propres activités !

A demain.

 

 

Commenter cet article