Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

603 - Représentation des Français de l'étranger à l'Assemblée nationale : une question mineure ?

7 Octobre 2007, 22:00pm

Publié par gerardja

Pour le professeur de sciences politiques Paul Alliès, la représentation des Français de l'étranger à l'Assemblée nationale serait une question mineure !

Je ne sais pas sur la base de quels jugements et/ou préjugés ce professeur fonde sa conviction pour écrire dans Libération à cette page :

http://www.liberation.fr/rebonds/280780.FR.php

que "Si l’on compte les matières ayant fait l’objet de révision [consitutionnelle] depuis 1993, soit cinq au total, le terrain réellement neuf ouvert cette année ne concerne plus que neuf sujets dont certains plutôt mineurs (comme la représentation des Français de l’étranger à l’Assemblée nationale)."

J'affirme au contraire que la France s'honorera - à l'occasion de la prochaine révision de la Constitution -, en faisant quelques places à l'Assemblée nationale à des représentants de ces compatriotes qui, à des centaines ou des milliers de kilomètres continuent d'y faire valoir notre pays, ses idéaux, sa langue, sa culture, ses biens, produits et technologies...

Notre pays aura beaucoup à y gagner :
* des informations précieuses, car vécues, sur les modes d'administration et de gouvernement dans ces pays étrangers ; certaines pourront nous inspirer ; d'autres permettront de réduire à néant l'argument politique trop souvent employé du "tous les autres pays du monde (ou développés, ou d'Europe ou "civilisés") procèdent ainsi", argument qui est dans la plupart des cas un gros mensonge asséné certes, avec force, mais mensonge quand même ; d'autres enfin nous permettront de nous prémunir d'échecs annoncés ;
* une prise en compte dans notre propre législation de la manière dont nos nouvelles lois seront probablement perçues ici ou là et sur les effets en retour qu'il conviendrait d'encourager ou, au contraire, contre lesquels il faudrait se protéger ;
* un rayonnement accru de la France dans le monde car à la fois : (i) nos représentants sauront s'opposer à des mesures dont les effets colatéraux dépasseraient largement les gains hexagonaux immédiats, (ii) ils sauront au contraire promouvoir d'autres mesures permettant à notre pays de redevenir sinon un modèle envié, du moins une référence observée avec attention et sympathie, (iii) ils sauront également faire prendre en compte les légitimes intérêts de nos compatriotes établis hors de France et donc, ceux de la France elle-même.

J'espère que les membres du "
comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la Ve République" ne se laisseront pas abuser pas le point de vue mandarinal de notre professeur de Montpellier !

Bien à vous.

Commenter cet article