Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

115 - Une aide à la création à l'étranger qui ne coûterait rien

22 Avril 2006, 23:42pm

Publié par GERARD

Pourquoi ne pas s'inspirer de l'expérience de la Sarthe ?

Un grand journal du soir - pour reprendre une expression consacrée -, présentait il y a quelques jours l'expérience du Conseil général de la Sarthe qui, depuis 2002, finance un "congé à la création d'entreprise".

De quoi s'agit-il ?

"Cap création Sarthe", est une initiative lauréate en 2004 du concours national des "Initiatives de l'économie". Conduite par "Carrefour Entreprise Sarthe", association membre de "France Initiative Réseau" - quelle manie de tout mettre en forme anglaise ! - permet à un salarié muni d'un projet de création d'entreprise validé par un comité ad hoc, de percevoir 70 % de son salaire antérieur brut pendant 6 mois, puis 50 % pendant de nouveau 6 mois, pour lui donner le temps et quelques moyens en vue de créer sa propre affaire, à condition de rencontrer une fois par mois un équipe de conseillers et de s'engager à demeurer implanté dans la Sarthe pendant au moins 5 ans. Si, à l'issue de cette année, le projet n'a pas abouti, l'entreprise d'origine reprend le salarié à un poste et un salaire équivalents à ceux antérieurs.

En quoi cela pourrait-il concerner une Française ou un Français à l'étranger ?

On sait que la très grande majorité des créatrices et créateurs à l'étranger sont des compatriotes antérieurement salariés à l'étranger. En fin de contrat ou de chantier, s'ils veulent percevoir des indemnités de chômage... ils doivent rentrer en France !

Pour une "créatrice" ou un "créateur" dans l'âme - on sait aussi que c'est le cas de la majorité des créateurs à l'étranger -, c'est ridicule. Pour peu qu'ils aient su observer le milieu économique dans leur terre d'accueil, c'est bien là qu'ils peuvent le plus rapidement, "saisir une opportunité" et créer leur entreprise.

Alors, pourquoi ne pas leur permettre, pendant un an, de percevoir leurs allocations chômage sur place, leur assurant ainsi un minimum de revenus pendant un temps suffisant pour tester et monter leur projet ?

Si le garde-fou de l'approbation préalable de leur projet semblait nécessaire et si un soutien mensuel par un comité approprié était souhaitable, pourquoi ne pas confier à la Mission Economique (ME) locale - avec quelques chefs d'entreprise déjà installés, conseillers du commerce extérieur et quelques conseillers de la ME - le soin d'appuyer techniquement ces créateurs, les ASSEDIC assurant le versement des allocations ?

L'expérience sarthoise donne de modestes mais très bons résultats. Faut-il continuer à faire rentrer en France des créateurs potentiels, souvent futurs importateurs de technologies et produits français, pour qu'ils pointent régulièrement à la Maison pour l'Emploi ?

A bon entendeur...

 

  

 

Commenter cet article

gerardja 04/02/2007 23:01

Cyrille,
Sur le site du GARP / ASSEDIC / étranger... voici la réponse :
Affiliation individuelle des salariés
Les salariés expatriés dont l'employeur ne s'est pas affilié à titre facultatif au régime d'assurance chômage peuvent adhérer à ce régime à titre individuel.
Sont notamment concernés :
- les salariés, quelle que soit leur nationalité, occupés hors de France (y compris dans les TOM) par un employeur situé à l'étranger dont l'activité entre dans le champ d'application du régime d'assurance chômage- les salariés expatriés non ressortissants de la Suisse, de l'UE ou de l'EEE employés par une entreprise située en France en vue d'exercer une activité salariée à l'étranger (hors UE)- les salariés employés par une ambassade, un consulat ou un organisme international situé en France et affiliés au régime français de sécurité sociale, si les règles du droit communautaire ne leur sont pas applicables- les salariés ressortissants de la Suisse, de l'UE ou de l'EEE occupés par une ambassade ou un consulat situé à l'étranger (hors UE, EEE, Suisse).
=> Démarches à suivre
Vous pouvez effectuer votre demande d'adhésion individuelle, soit en ligne en cliquant ici, soit par courrier adressé au : Garp Expatriés - BP 50 - 92703 Colombes Cedex
Cette demande doit s'effectuer avant l'expatriation ou dans les 12 mois suivant celle-ci, à la condition, dans ce dernier cas, que le contrat de travail soit toujours en vigueur
Vos contributions sont calculées sur l'ensemble des rémunérations brutes plafonnées, converties en euros sur la base du taux officiel de change en vigueur lors de leur perception. Les contributions sont entièrement à votre charge et vous en effectuez seul le paiement
Vous payez vos contributions chaque trimestre au Garp, dès le premier jour de l'activité salariée et pour toute la durée de cette activité.
=> Vos droitsEn cas de perte d'emploi (vous ne devez pas avoir démissionné), la durée de vos allocations est calculée en fonction de la durée de votre travail et de votre âge.





Age


< 50 ans


>ou= 50 ans et < 57 ans


>ou= 57 ans



 
 
 



Durées d'affiliation


Durées d'indemnisation




546 joursau cours des 24 mois*


546 jours


546 jours


546 jours




1095 joursau cours des 48 mois*


546 jours 


912 jours


912 jours 




1642 joursau cours des 72 mois*


546 jours


912 jours


912 jours (1)1277 jours (2)





 
(1) Si moins de 100 trimestres validés par l'assurance vieillesse.(2) Si 100 trimestres validés par l'assurance vieillesse.* qui précèdent la fin du contrat de travail

Vous devez vous inscrire comme demandeur d'emploi dès votre retour en France à l'Assédic de votre domicile, dans les 12 mois suivant la perte de votre activité.

gerardja 04/02/2007 22:35

Cher Cyrille,
En me relisant je m'aperçois que j'ai omis la moitié de votre question. Hélas... les créateurs à l'étranger ne peuvent pas être bénéficiaires des aides françaises à la création !
 
 

gerardja 04/02/2007 22:29

Bonsoir Cyrille,
1) Toutes mes excuses et celles de mon hébergeur pour le retard à l'affichage de votre message... Over-blog effectue une évolution majeure de son support. Ceci qui explique l'impossibilité - aujourd'hui - dans laquelle j'ai été de valider (je les valide tous sauf s'il s'agit de "spams" ou de publicités sans aucun rapport avec mon bloc-notes) rapidement votre commentaire.
2) Je n'ai pas la réponse concernant votre cas particulier, celui de cotisations volontaires depuis l'étranger. Je crains que la réponse soit négative. Je vais essayer de me renseigner et reviendrai à vous si j'obtiens une réponse.
3) Si vous ne pouvez rien percevoir à l'étranger, j'espère bien que cela évoluera comme c'est le cas pour les retraites de travailleurs étrangers en France qui, bientôt, pourront enfin la percevoir sans pour autant continuer à résider en France.
Bien à vous.

Cyrille Gosset 04/02/2007 10:13

Votre idée m'intéresse. Suite à mon licenciement par mon employeur actuel, je cherche à créer une boite sur Taiwan. L'objectif principal est d'aider à l'exportation de PME françaises high tech. Les assedics proposent une aide à la création d'entreprise, mais je ne sais pas si cette aide peut s'appliquer à la création d'une boite à l'étranger ... 
Je ne suis pas couvert par le régime de chômage taiwanais - les étrangers n'y ont pas droit - mais j'ai cotisé au GARP de manière volontaire pendant 5 ans. Donc, sans rentrer en France, je ne pourrai bénéficier d'aucune aide.
Côté financier, j'hésite à ma lancer et compte repartir en France pendant qques mois pour espérer toucher une aide.
En savez-vous plus sur l'aide des Assedic pour ce type de projet ?