Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

142 - Préparer le concours SIFE

5 Juin 2006, 22:02pm

Publié par GERARD

Les prix remis au SIFE France et ma compréhension du concours

 

 

A l'issue de la finale France, différents prix ont été remis aux lauréats. Le Prix de la Créativité L'Oréal a été attribué à l'EFREI. Le Prix de la Responsabilité sociale HSBC a de nouveau honoré l'EFREI. Le Prix du Conseiller pédagogique a été remis - si j'ai bien compté - au conseiller pédagogique de chacune des équipes en lice, même si, pour certains, cela a entraîné quelque brouhaha dans la salle de la part des étudiantes et étudiants concernés.

Après quoi, l'ESCE a été appelée pour recevoir le troisième prix de la finale France, puis l'EFREI pour recevoir le deuxième qui conduira son équipe en finale Europe. Enfin, l'ESSEC a reçu le premier prix lui ouvrant la porte de la finale Monde qui se tiendra en septembre à Paris.

 

Si nombre d'équipes ont été très partagées sur le résultat final, leur coeur balançant entre l'EFREI et l'ESSEC, j'ai personnellement partagé l'avis du Jury de cette finale France en raison de ma compréhension personnelle des objectifs et de l'esprit du concours SIFE. Et si cela peut aider quelques équipes candidates demain, je vais tenter d'expliquer pourquoi ci-après. Mais attention, cela n'est que mon avis personnel et point du tout une interprétation officielle.

 

1)                 Beaucoup d'équipes, pour satisfaire aux différents objectifs du concours, ont conçu et présenté plusieurs projets, jusqu'à trois.

 

Ma compréhension personnelle est que chaque projet doit s?efforcer de satisfaire simultanément aux 6 critères qui - pour moi - définissent l'esprit du concours SIFE. Il ne me paraît donc pas indispensable de multiplier les projets : cela réduit d'autant le temps de présentation dont l'objet principal, en 24 minutes, est de démontrer que le ou les projets, répondent bien à ces différents critères.

 

2)                 Certaines équipes ont pris quelques minutes pour présenter leur Université ou leur Ecole

 

Là encore, cela ne me semble pas indispensable. Mieux vaut consacrer le maximum de temps à emporter la conviction du jury sur le fait que le projet correspond intégralement à l'esprit du concours. Ex. : l'équipe de l'USTL nous a charmé avec trois projets tous très intéressants mais dont aucun, à lui seul, ne répondait à la totalité des critères. Et elle a pris plusieurs minutes pour présenter l'USTL ce qui ne lui a pas permis de nous montrer des extraits des jeux éducatifs ou du film qu'elle a conçus dans le cadre de ses trois projets, jeux et film censés prendre en compte ses différents critères. Ils le font très probablement, mais comme nous ne les avons pas vu, nous n'avons pas pu en avoir la conviction.

 

3)                 Nombre d?équipes ont conçu leur(s) projet(s) avec une durée de vie égale à celle du concours

 

Ma compréhension personnelle est que « le » projet doit survivre au Concours de l?année pour constituer une « entreprise » (même sous forme associative), durable.

 

Ainsi, l'un des excellents projets de l'EFREI - école d'ingénieurs en NTIC - de former des animateurs de formation de nos « anciens » à l'utilisation quotidienne de l'informatique, remarquable en soi, aurait pu devenir un grand projet en créant une entreprise ayant le même objet permanent après avoir recruté des chômeurs qui auraient été les bénéficiaires durables du projet, initiés simultanément à l'économie de marché, à la gestion d'entreprise et à la responsabilité sociale et éthique d'une entreprise moderne.

 

C?est ce qu'à parfaitement compris l'ESSEC dès l'an dernier avec son projet de Centre de formation à la boulangerie à la française en Inde, cette année reproduite dans deux autres villes, ou encore avec ses deux nouveaux projets Abaete Artesanato et Choc(olat)-Ethic.

 

4)                 Et, pour la même raison, ont parfois trop centré les informations qu'elles communiquaient sur leur projet annuel et non sur le projet durable

 

Ma compréhension personnelle est que ce sont les outputs qu'il convient de mettre en valeur et non les inputs.

 

Ainsi, pour apprécier la capacité des équipes à assimiler et mettre en oeuvre le critère numéro 4 (« développer leurs compétences financières permettant d'atteindre l'indépendance financière »), un budget sur 3 à 5 ans du Projet (avec un grand P) durable externe (l'output) me semble plus démonstratif que la présentation du budget du projet annuel lié au concours.

 

5)                 En résumé...

Si je reprends le tout - en interprétant à ma façon les traductions en français des formulations américaines figurant dans les documents SIFE -, ma compréhension personnelle des critères d'évaluation et de « l'esprit du concours SIFE » me conduit à suggérer que le meilleur projet pour la SIFE World Cup serait celui qui atteindrait simultanément (car chaque élément d'appréciation compte pour le même nombre de points) les scores les plus élevés pour chacun des 6 critères reformulés comme suit.

 

Il est demandé aux différents jurys de repérer les projets qui, réellement, concrètement, apportent la preuve que leurs auteurs ont développé des opportunités économiques (des Projets) bénéficiant à d'autres et les (= les bénéficiaires des Projets tout comme les étudiants eux-mêmes) aidant à :

 

-         comprendre comment l'économie de marché fonctionne ;

 

-         acquérir les connaissances (intellectuelles) et les compétences (pratiques) nécessaires pour que leur projet d'avenir personnel et le Projet (externe, durable) qu'ils ont créé soient performants dans une économie mondiale concurrentielle (compétitive) et évolutive (dynamique) ;

 

-         apprendre les clés de la réussite en qualité d'entrepreneur (= créateur d'entreprise) et/ou de redresseur ou de développeur d?une affaire existante ;

 

-         développer leurs compétences en matière de management et de gestion financière de l?entreprise en sorte qu'elle atteigne et dépasse son seuil de rentabilité (indépendance financière) ;

 

-         comprendre que le succès et la prospérité à long terme de l'économie de marché, des entreprises et des Hommes (producteurs tout comme clients), dépendent de la mise en oeuvre de pratiques éthiques (citoyennes, morales et sociales) des affaires ;

 

-         s'assurer que les auteurs du projet ont pu concevoir et mettre en oeuvre une stratégie pour que leur équipe soit soutenue par leur école et les professionnels de leur région (interprétation personnelle = aussi que leur école continue à s'impliquer durablement dans le concours SIFE et les projets qu'ils ont développés) pendant la durée du projet et (toujours interprétation personnelle) que leur Projet se poursuive sur le long terme.

 

 

 

J'ai conscience d'être allé assez loin dans l'interprétation des textes disponibles sur les différents sites de SIFE (US, France). Ma conviction demeure que le projet qui, l'an prochain, présenterait un Projet (réalisé) répondant au mieux à l'ensemble des critères explicités ci-dessus, irait très loin dans la compétition.

 

Bien à vous.

 

Commenter cet article