Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

193 - Le CIMEE, qu'est-ce ?

29 Juillet 2006, 22:01pm

Publié par GERARD

En quoi, le CIMEE peut-il intéresser les créatrices et créateurs à l'étranger ?

La réponse n'est pas évidente. De quoi s'agit-il tout d'abord ? Du Comité intermistériel des moyens de l'Etat à l'étranger.

Que fait-il ? Pendant de nombreuses années, rien. Depuis 10 ans exactement. Avant, pas grand chose. Je me souviens lors de mon mandat au Conseil supérieur des Français de l'étranger (CSFE, aujourd'hui Assemblée des Français de l'Etranger, AFE), avoir plusieurs fois demandé de ses nouvelles sans pour autant avoir obtenu de réponse...

Il est censé "évaluer l'adéquation des moyens de l'Etat à l'étranger aux priorités de l'action extérieure".

Le Premier ministre vient de le réunir et en rend compte ainsi sur son site :

"Le Premier ministre a présidé le Comité interministériel des moyens de l’Etat à l’étranger (CIMEE)

Le Premier ministre, Dominique de VILLEPIN, a présidé ce matin le Comité interministériel des moyens de l’Etat à l’étranger (CIMEE).

La réactivation de ce comité, qui ne s’est plus réuni depuis novembre 1996, marque la détermination du gouvernement à poursuivre, à l’étranger comme en France la Réforme de l’Etat, conformément aux orientations fixées par le Président de la République.

En effet, plus de 26 000 agents, pour les deux tiers installés à l’étranger, participent à la défense des intérêts de la France et à la protection des Français qui résident ou voyagent à l’étranger. Les crédits d’action extérieure s’élèvent à près de 9 milliards d’euros. Ce réseau constitue un atout important pour le rayonnement de notre pays et le développement de nos entreprises dans le monde.

Des mesures concrètes ont été prises pour mieux coordonner nos moyens à l’étranger et être plus efficace. Il s’agira d’abord de regrouper les implantations immobilières, pour améliorer la sécurité, accroître l’efficacité des services et dégager des économies. Des expériences seront lancées à Madrid, dès cette année, et à Tokyo, Berne et Jakarta, en 2007. La gestion administrative et financière des différentes administrations sera progressivement confiée à un service unique. Ce sera le cas dans 10 pays dès la fin de cette année et dans 58 pays au total fin 2007. Une réflexion sera également engagée sur la coordination de l’action extérieure des collectivités territoriales qui prend une importance croissante.

Nouveaux enjeux, nouveaux territoires : L’Administration française se redéploie en priorité sur les pays émergents, la Chine et l’Inde en particulier. Des orientations précises ont été fixées à toutes les administrations présentes à l’étranger. En particulier, le ministère des Affaires étrangères redéploiera 500 emplois (soit 4 % de ses effectifs en poste à l’étranger) dès cette année, et 1500 emplois au total d’ici 2008. L’effort de redéploiement du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie portera sur 140 postes par an (soit près de 7 % de ses effectifs en poste à l’étranger) jusqu’en 2008.

Etaient présents : Philippe DOUSTE-BLAZY, ministre des Affaires étrangères, Pascal CLEMENT, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Brigitte GIRARDIN, ministre déléguée à la Coopération, au développement et à la Francophonie, Brice HORTEFEUX, ministre délégué aux Collectivités territoriales, Catherine COLONNA, ministre déléguée aux Affaires européennes, Christine LAGARDE, ministre déléguée au Commerce extérieur."

J'avoue ma grande déception devant les conclusions de cette réunion : nos opérateurs économiques à l'étranger ne font pas l'objet de la moindre évocation ; les priorités de l'action extérieure ne sont pas rappelées ; les moyens de cette action semblent n'être que les agents de l'Etat à l'étranger et ceux qui les gèrent en France...

Quel dommage de ne pas compter le réseau des créateurs d'entreprises à leur propre compte comme l'un des importants réseaux et moyens de l'Etat à l'étranger !

Bien sûr, ils sont autonomes, mais oublier leur vif intérêt pour la défense des intérêts français à l'étranger, c'est se couper de quelques centaines de milliers de compatriotes qui, pour beaucoup d'entre-eux sinon la grande majorité, sont prêts à supporter de nouvelles politiques efficaces pour peu qu'ils soient de temps en temps consultés...

Bien à vous.

Commenter cet article