Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

438 - Spécial consultants...

29 Mars 2007, 22:49pm

Publié par GERARD

Beaucoup de créatrices et de créateurs à l'étranger exercent le métier de consultant...

J'ai pensé à eux en participant aux septièmes rencontres françaises de la coopération communautaire et multilarétale.

Pour ceux qui les ont connus dans le passé, j'ai notamment retrouvé dans l'organisation de ces rencontres monsieur le ministre Jacques Pelletier, actuel président du Haut Conseil de la Coopération Internationale et son Secrétaire général Gilles Carrasso, ainsi que monsieur Sylvain Itté, PDG de la nouvelle strcture France Coopération Internationale.

Au cours de cette journée, entre autres interventions, un spécialiste d'EuropAid nous a présenté les nouveaux instruments financiers de l'aide publique européenne au développement pour 2008-2013. Il me semble intéressant d'attirer votre attention sur ce point pour plusieurs raisons :

* les crédits qui vont y être consacrés vont être en accroissement régulier et important au cours des années 2008-2013 ;

* leur mise en oeuvre demandera la participation de nombreux consultants et en particulier de cabinets installés dans les Etats bénéficiaires, associés à des experts nationaux ; ces cabinets et experts me semblent avoir tout intérêt à se rapprocher de collègues français ou européens pour intégrer des réseaux de consultants susceptibles d'emporter les futurs contrats-cadres ;

* et ce, y compris dans un domaine qui exige une très bonne connaissance interne des pays concernés, celui de l'évaluation.

En bref, aux 35 (ou plus car il existe en outre quelques cas particuliers supplémentaires) "instruments" actuels de l'APD de l'UE, avec pour chacun ses procédures propres, vont être substituées 10 procédures traitant de tous les cas. Cette réforme a été mise en oeuvre avec plusieurs ambitions : simplifier, élargir le champ thématique de chaque instrument, en élargir également l'éligibilité géographique, le tout, avec une procédure unique de passation des marchés.

Ces nouveaux outils sont les suivants.

1) L'instrument Pré-Adhésion

Il concerne 6 Etats des Balkans + la Turquie. Les montants qui y seront consacrés sont d'environ 1,6 milliards d'€ par an.

2) L'instrument de Voisinage

Concerne 17 Etats voisins de l'Europe. Montants : environ 1,6 milliards d'€ par an. Gérés par EuropAid.

3) Le FED

Concerne les 78 Etats des ACP (Afrique sauf l'Afrique du Sud - Caraïbes - Pacifique) plus les PTOM (Outre-Mer). Montants : 3,7 milliards d'€ par an.

4) L'instrument de coopération au développement

Concerne la plupart des autres Etats partenaires, sous trois formes.

41 - Coopération au développement

Concerne les Etats d'Amérique latine, d'Asie centrale et du Moyen-Orient + l'Afrique du Sud. Montants : 1,4 milliards d'€ par an.

42 - Coopération Sucre

Concerne 18 pays producteurs + Caraïbes et Pacifique pour 180 millions d'€ par an.

43 - Coopération thématique

Concerne tous les pays-tiers hormis ceux dits industrialisés, dans les domaines suivants : développement économique et social, environnement, acteurs non-étatiques, sécurité alimentaire, migrations et asile. Montants : environ 800 millions d'€ par an.

5) L'instrument démocratie et droits de l'Homme

Concerne tous les pays-tiers pour environ 160 millions d'€ par an.

6) L'instrument stabilité

Concerne tous les pays-tiers hormis ceux tis industrialisés dans les domaines des crises, des questions frontalières et transrégionales pour environ 290 millions d'€ par an.

7) L'instrument sécurité nucléaire

Idem pour les pays concernés (mais l'essentiel ira à la Russie). Pour environ 75 millions d'€ par an.

8) L'instrument de coopération avec les pays industrialisés

Concerne les autres pays pour environ 25 millions d'€ par an.

9) L'instrument aides d'urgence et humanitaire

C'est l'ancien programme ECHO.

10) L'instrument d'appui macro-financier.

Tous détails supplémentaires peuvent être obtenus en visitant le site l'Union européenne de votre pays d'accueil.

Par ailleurs, d'autres experts de la Commission nous ont éclairés sur l'évolution des méthodologies désormais appliquées en matière d'évaluation. Les anciens critères dit du CAD passent progressivement la main - sauf peut-être encore pour certaines évaluations de projets lancées localement - à des évaluations beaucoup plus orientées sur la mesure réelle et factuelle des impacts.

Un nouveau guide de l'évaluation est ou devrait être rapidement disponible sur les sites de l'UE dans chaque pays. Il figurerait d'ores et déjà sur le site France Diplomatie. A titre d'illustration il est suggéré de parcourir les récents rapports d'évaluation suivants :

- Gouvernance ;

- Routes et réduction de la pauvreté ;

- Réduction de la pauvreté en Tanzanie.

Dans le cadre des contrats-cadres qu'elle lance tous les 4 ans pour réaliser les évaluations futures prévues, la Commission aura besoin de Chefs de mission qui devront disposer d'une portefeuille d'excellents réseaux d'experts géographiques et sectoriels qualifiés par rapport à ces nouvelles méthodes et connaissant les pays concernés par les évaluations en question ; ainsi que de formateurs à l'évaluation.

Pour emporter des contrats-cadres, il sera nécessaire :

- de démontrer ses capacités à réunir vite toute la documentation utile ;

- de se placer plutôt dans une logique monographique que d'échantillonage ;

- de souligner sa capacité à mesurer des impacts factuels plustôt que de formaliser des jugements ;

- de convaincre de son aptitude : à dialoguer sur les méthodes et de sa volonté de progresser dans le temps ; à évaluer le projet d'évaluation lui-même ; à capitaliser l'expérience pour d'autres évaluations ; à effectuer des contrôles de qualité croisés, etc. ;

- d'assurer de sa compétence professionnelle en matière d'évaluation (travaux déjà réalisés si possible, appartenance à des sociétés nationales ou européennes d'évaluation...) ;

- de démontrer sa volonté et sa capacité à communiquer clairement et de manière convaincante, les résultats de l'évaluation. La formule pour résumer ce propos était la suivante : "il nous faut pourvoir savoir ce qu'il y  a dans les rapports sans les lire...".

J'espère que ces quelques mots inciteront les consultants intéressés par des travaux pour la Commission européenne à chercher à en savoir plus sur ces nouveaux instruments financiers de l'aide publique européenne au développement et sur le nouveau métier de l'évaluation.

Bien à vous.

Commenter cet article